Vous êtes ici : Accueil > Les élèves mettent en ligne... > Envie d’ailleurs... > l’orphelin
Publié : 12 juin 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

l’orphelin

4 votes

Maxime avait été abandonné à sa naissance. Il avait de grands pieds. Il était grand (1 mètre 86). Il s’habillait tout en noir.
Il avait été adopté par un couple fortuné dans la région de Rome. Il était très sportif et il aimait cuisiner. Maxime était d’ailleurs inscrit dans un lycée professionnel où il suivait une formation dans la pâtisserie, à Rome. Il était très fort et il pouvait beaucoup s’entrainer chez ses parents adoptifs grâce à leur argent. Maxime était très ingénieux en réalisation et en décoration de gâteaux.


Rome
Lundi 23 août 2O14

Mes cher parents,

Je vous laisse cette lettre car je veux poursuivre mon rêve de devenir un grand pâtissier, et pour cela, je vais aller à Marseille.

J’ai trouvé une maison en centre ville de deux étages. Je vais transformer le rez-de-chaussé en pâtisserie et je vivrai au premier et au deuxième étage.

J’espère vous revoir bientôt.

Je vous dis au revoir,

Maxime


Maxime, en arrivant dans le bateau, vit une fille très belle appelée Marine, qui allait aussi habiter à Marseille, dans son quartier. Maxime tomba amoureux de Marine et décida de lui écrire un poème.

Je t’aime depuis le premier jour.
Depuis que je t’ai vu,je ne pense qu’à toi.
Pour toi je serai un roi.
Je veux te montrer mon amour.

Je te couvrirai de joie.
Pour toi j’écrirai ton nom dans l’espace.
Pour toi je serai au petit soin.
Pour toi je ferai de la place.

Je te couvrirai de bijoux.
Je te protégerai contre les hiboux.
Je te baiserai les joues.
Je t’offrirai absolument tout.

Maxime mit la lettre devant la porte de Marine et partit.


En arrivant à Marseille je trouvai la maison que j’ avais acheté. Elle était belle, très grande avec deux étages. Il y avait une porte et plusieurs fenêtres dans les étages. Il suffirait d’agrandir la porte et de faire quelque travaux. Les murs étaient en briques assez vieilles.
En entrant dans la maison, je sentis une odeur de vieux.Il y avait des meubles très poussiéreux avec des toiles d’araignée dans tous les coins. Je n’entendais rien, comme s’il n’y avait pas de voisins.
Il y avait une cave très grande avec du vin, et aussi un grenier.
Juste le ménage à faire, mettre des meubles et faire des travaux au rez-de-chaussée, et la maison serait habitable.
Dehors il y avait des arbres sur le trottoir. Aucune crotte de chien sur le trottoir, quelques voitures garées. Des personnes parlaient en marchant ou écoutent de la musique en courant. Les maisons, toutes en briques, appartenaient à des personnes qui avaient l’air de bien gagner leur vie .
_ La ville était immense : il y avait des centres commerciaux , des boucheries- charcuteries, mais une seule boulangerie dans toute la ville, ce qui était très étrange.
Je vis qu’il y avait un parc non loin de chez moi, alors je me suis dit que je j’allais le visiter.
En touchant les arbres, je sentis que c’était de vrais arbres et non des arbres en plastique.


Je travaillais depuis déjà deux mois à Marseille comme boulanger-pâtissier et la femme que j’avais rencontré sur le bateau venait tous les jours me voir car je sortais avec elle et j’allais bientôt la demander en mariage.
Mais un jour qui commençait comme les autres, je trouvai une montre lotus que je mis à mon poignet.
La journée passa, et le soir, en rentrant chez moi, la montre sembla me bruler le poignet. Je la retirai et la jetai par terre. Elle se mit alors à faire de la fumée et j’eus l’impression que des traces de sang apparaissaient sur les murs. Je sentis mon sang se glacer, mon cœur se mit à battre à toute allure comme une locomotive. Ma sueur qui coulait tout le long de mon corps s’était glacée. Je me mis à trembler.
Tout à coup, un monstre sortit de la montre. Il était très grand , très musclé avec une arme qui semblait faite pour tuer ou torturer des gens. Il avait des cornes entre lesuqelles brûlait une boule de feu. Sa peau était toute rouge d’un sang visqueux et dégoulinant. Il tenait une tête fraîchement coupée part les cheveux.
Il me regarda d’un air meurtrier et me dit que le possesseur de la montre avait les pouvoirs du maître des enfers. Il repartit dans la montre mais le sang qui était apparu sur les murs était resté et formait des symboles qui indiquaient le lieu où se trouvait un vampire grâce auquel je pourrai former une armée et conquérir la terre des mortels.
Étais-je prêt à tenir ce rôle ?