Vous êtes ici : Accueil > Les élèves mettent en ligne... > Envie d’ailleurs... > Le monde imaginaire
Publié : 14 janvier 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le monde imaginaire

2 votes

Sofian était âgé de 18 ans. Il était blond aux yeux bleus. Il était métisse, plutôt grand et mince. Il n’était pas intelligent mais plutôt blagueur .
Sa mère était professeur en faculté de médecine et son père professeur d’histoire . Il avait une sœur âgée de 2 ans et un frère âgé de 10 ans.
Sofian aimait particulièrement traîner dans la rue avec des amis. Il voulait être « chômeur à domicile », comme il plaisantait souvent. C’est pour cela qu’il trainait au lieu de travailler . Sa mère n’était pas d’accord mais il prenait le prétexte qu’il était majeur . Son père, lui, ne lui disait rien .
Il en avait vraiment marre. Marre de voir son père si peu réactif, et marre de sentir sa mère tout le temps sur son dos. Il décida donc de fuguer en laissant une lettre à ses parents .


Le 24septembre2012, De Caudebec-les-Elbeuf



Chers parents,



_ Je vous écris cette lettre pour vous annoncer mon départ de la maison .

Vous êtes trop stricts à propos de l’école . Alors que moi je préfère sortir avec mes amis, m’amuser, et je trouve cela sans intérêt d’aller à l’école. Je m’endors en cours ! Moi, je veux être chômeur à domicile !

_ Je m’en vais chez un copain que vous ne connaissez pas. Je vais peut-être revenir...ou peu être pas.

Sinon, adieu



Sofian.

Un matin,
Froid aux mains,
Partant vers l’aventure
Sans maison sans toiture
Encore moins de nourriture.

Marchand dans les rues,
En gamin perdu,
Je marche vers la marée,
Je suis désespéré.

Je suis dans le brouillard,
Je rencontre un vieillard,
Je me suis trompé de direction,
Allons vers l’horizon.


Le lendemain, je me réveillai sous un pont à côté du vieillard rencontré la veille .

Je me mis à paniquer et je m’enfuis.

Je me retrouvai à côté d’un énorme trou noir. Une voix me dit de me jeter dedans. Là, un tourbillon m’emporta dans le trou noir. Je regardais partout autour de moi, je sentais l’odeur de la mort. J’entendis des sifflement étranges.

Je me retrouvai brutalement dans un univers sans école, sans travail et, surtout, sans adulte ! De plus, il y avait plusieurs magasins. Un rêve pour moi !

Mais plus le temps passait, plus je me sentais seul dans cet étrange pays. Je dormais dans un squatte et je traînais dans un square. Je devins très vite un homme des rues.
Mais un jour de pluie, je trouvai des vêtements de marque neufs. Je pris les vêtements et je m’habillai. J’enfilai un beau jean Guess avec un joli tee-shirt Kaporal 5. J’allai dans un magasin de luxe ou je m’achetai une sacoche Adidas, des chaussures de marque Jordan,et des chaussettes Lacoste. Autant bien faire les choses !

Ensuite j’allai me promener et pris le bus. J’arrivai dans une ville nommée Alphabétomix où je ne rencontrai que des jeunes âgés de 15 à 20 ans. Je m’y sentis bien donc je restai jusqu’à la fin de mes jours dans ce monde, peut-être imaginaire, mais tellement incroyable !

Documents joints

  • Texte 1 :, OpenDocument Text, 19.9 ko

    Version OOo Writer de cet article