Vous êtes ici : Accueil > La vie du collège > Le club Manga > Le 5 mai, c’était le Kodomo No Hi, la fête des enfants.
Publié : 6 mai 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le 5 mai, c’était le Kodomo No Hi, la fête des enfants.

2 votes

Le mois de Mai se pointe, c’est le moment de penser à préparer le "jour des enfants" ou Kodomo No Hi (子供の日) !!
Cette fête célèbre les garçons ( après avoir fêté les filles lors du Hina Matsuri, le 3 mars, il fallait penser aux garçons !). Cependant, ce n’est qu’en 1948 que le jour du 5 mai est baptisé "fête des enfants".

A l’origine... :

Cette fête d’origine chinoise (Duanwu) est introduite au Japon et porte au départ le nom de « tango no sekku » : « fête du mois du cheval », ou encore « shōbu no sekku - 菖蒲の節句 » : « fête des iris ». Lors de cette journée on se livrait à des concours de tir à l’arc à cheval ou à pied, à des courses de chevaux. On agrémentait les maisons de couronnes de plantes ayant des effets bénéfiques contre le mauvais sort.
Sous l’ère de Kamakura (1185 à 1333 ap J-C), la caste guerrière prend progressivement le pouvoir. Un gouvernement militaire « bafuku » est institué. La fête du « tango no sekku » devient ainsi la fête des garçons. Lors de cette journée il leur est remis un élément d’armure.

Et aujourd’hui ?

Même si cette fête est de nos jours consacrée à tous les enfants, elle reste encore ancrée dans la tradition et célèbre toujours plus particulièrement les garçons. Et que fait-on ce jour-là ?

  • On suspend des feuilles de shobu (iris)et de yomogi (armoise) aux portes des maisons pour conjurer le mauvais sort.
  • Tous les enfants prennent des shobu-yu (bains d’iris).
  • Ils ont parfois même le droit de boire du saké aromatisé à l’iris.
  • De nos jours, les enfants ne reçoivent plus d’armures de samouraï mais les familles ayant des garçons exposent une gogatsu ningyo (poupée de mai) dans le tokonoma (sorte d’alcôve) de la maison.
  • On expose aussi des représentation de Kintarô accroché à une carpe (un enfant légendaire à la force surhumaine),
  • Ils peuvent aussi déguster des pâtisseries traditionnelles préparées pour l’occasion telles que les kashiwa-mochi (un mochi fourré aux haricots rouges sucrés et roulés dans une feuille de chêne) et les chimaki.

La veille du 5 mai, les familles élèvent des mâts surmontées de Koinobori (鯉幟), des manches à air en forme de carpe. la première, la plus large, magoi, représente le père. Elle est noire. La deuxième, higoi, représente la mère. Elle est de couleur rouge. Puis ensuite, on ajoute une carpe par enfant mâle prséent dans le foyer. On peut aussi ajouter des rubans rouges et blancs pour représenter les flots de la rivière.

Allez, bonne fête les garçons !