Vous êtes ici : Accueil > La vie du collège > Le club anglais > Le slam de Karim, 3ème 1
Publié : 17 avril 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le slam de Karim, 3ème 1

5 votes

Esclaves d'AfriqueSource wikimédia
sourcewikimedia commons

VERSION FRANçAISE

L’esclavage est un vilain défaut
Pour les petits, les grands et les gros.
Les petits noirs ont traversé la mer,
Avec leurs fils, leurs pères et leurs mères.
Enchaînés, cloîtrés dans des cales,
Battus, fouettés, d’escale en escale,
Traités comme de simples animaux,
Sans pouvoir prononcer un seul mot.
D’évoluer comme un animal féroce
Ca peut faire mal comme un coup de crosse.
Jamais rien à manger
Et chaque jour, enfermés.

REFRAIN :
Aujourd’hui, nous fêtons l’abolition de l’esclavage,
Et cela, quel que soit notre âge.

Il y eut quelques impasses,
De bonnes et de mauvaises passes.
La France était impliquée, vous savez,
Mais d’autres prétendaient que c’était un fait mensonger.
Les petits noirs ne virent jamais d’oiseaux,
Mais ils ont crié leur rêve de liberté tout haut.

REFRAIN

C’était vraiment cruel,
Pire qu’une catastrophe naturelle,
A coup de cordes ou de fusils,
On massacra grands et petits.
Creuser, creuser chaque seconde
Jusqu’à creuser ta propre tombe.

Il y eut beaucoup de morts,
Sur cette étrange piste au trésor.
Un trésor que nul ne pouvait acheter,
Je veux parler de la liberté.
Certains même tentèrent d’aimer ou d’être aimés,
Malgré le souvenir de la corde ou du fouet.
Demande un peu d’amour et tu es un homme mort.
Finalement était-ce une erreur de casting ?
Ils avaient inventé la terrible stratégie marketing !
En quelques jours, et ppour toujours déportés, enlevés, bafoués !
Et me voici ici devant vous aujourd’hui pour représenter ce rêve de liberté volée.

_ VERSION ANGLAISE :

Enslaving is a bad habit
Whether you’d be tall or small, fat or fit
Little black slaves, they sailed across the sea
With sisters and brothers and their whole family
Chained up, whipped hard, dark boat, no shore
Beaten up, locked up from harbor to harbor
They were treated like beasts, mere animals
Never allowed a word, couldn’t speak their souls
Wriggling and whining, became fierce creatures
It hurt, the pain, the blows, the tortures
They were given nothing, nothing to eat
Nothing to see, even the sea they couldn’t see

CHORUS
Today we’re celebrating Abolition Day
Whether born in October, December or May

And nowadays there are still a few dead ends
And people fighting to make amends
France was involved you know
Even if some cried that was a lie
There wasn’t a bird in the sky
Yet somehow, you could hear freedom blow

CHORUS

This was really heartless and cruel
Ruthless like a natural disaster
A rifle’s butt could do the murder
Men, women, children, no rule
Dig they say, dig again, dig the ground
Dig till you can’t remember you’re around

CHORUS

There were so many dead people left on the road
They looked for something beautiful, a heavy load
A treasure called freedom
And this, they could not buy
Some tried even to be loved and to love
Yet they finally got a bullet or a rope
Don’t ask love or you’d die
Finally was it a marketing strategy ?
They didn’t even have to show their ID
They were swept away instantly
(And here I am today, I’m Karim, I stand for them and for liberty.